Portrait

Alexandre Favre

Alexandre Favre

01/01/2015
C’EST L’HISTOIRE D’ALEXANDRE FAVRE - L’homme qui volait au-dessus de son corps
C'est l’histoire d’un petit haut-savoyard de 7 ans qui découvre lors d’un gala de gymnastique la magie du spectacle « Le présentateur, entre les démonstrations gymniques, faisait des tours de prestidigitation. Il avait fait disparaître un œuf dans son micro. J’étais complètement ébahi ! » se souvient-il. « Peu de temps après, sur une foire, il y a eu un marchand de trucs, comme on les appelle à Evian-les-Bains, je l’ai observé pendant une heure. Il faisait des démonstrations aux gens de passage et j’ai compris comment il pratiquait. De retour à la maison, j’ai pris un jeu de cartes et je l’ai imité à la grande joie de mes parents, puis de mes copains ! »

C’est l’histoire d’un trapéziste volant qui découvre la piste aux étoiles... « Je suis rentré au club Med juste après mon Bac STI. Ils m’ont initié et formé au trapèze volant. J’y suis resté 4 ans et j’ai posé mes valises dans une quinzaine de villages. Il y avait de nombreux artistes qui faisaient leurs classes. Je côtoyais les magiciens qui me fascinaient. Je les tannais pour qu’ils me donnent leurs trucs. Contrairement à ce que l’on pense, c’est un monde solidaire, de transmission, de partages... Ils voyaient que j’étais motivé et ils m’ont ouvert les portes ! »

« Je n’avais qu’une idée : devenir magicien professionnel ! »

C’est l’histoire d’une amitié... « Je n’avais qu’une idée : devenir magicien professionnel ! ». Avec mon ami d’enfance, Pilou, on a créé notre premier spectacle « Cric Crac » et,à 24 ans,on a écumé les Comités d’entreprise, les salles des fêtes autour de Grenoble. Très vite, on a réussi des concours et intégré la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs. On voulait faire partie des meilleurs ! ». Et ils le devinrent, Pilou est même devenu en 2006 à Stockholm (Suède) le champion du monde de la Fédération des Sociétés Magiques !

C’est l’histoire d’Artmik « C’est mon nom de scène ! On a commencé à monter des numéros solos Pilou s’est dirigé ensuite vers les cartes et moi... vers les colombes ! Mon côté « volant »... On s’est entraînés, entraidés et on a gagné de multiples prix ! Puis, j’ai mis en scène de très nombreux magiciens comme Jordan Gomez, Arnaud Voisin, Candide, Kenris... Je tournais dans des cabarets en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie... Je n’ai jamais lâché le trapèze. Je vivais de ma passion mais tous les étés j’animais des stages à la « Grainerie » de Toulouse, un haut lieu de la voltige ! »
C’est l’histoire d’un artiste reconnu... « Je suis passé à l’émission de Patrick Sébastien « Le plus grand cabaret du monde, il y a quatre ans. Ce fut une reconnaissance de mon travail. » Il faut dire que Artmik avait créé des nouvelles et prodigieuses techniques d’apparition de colombes comme ce foulard deux faces montrées où apparait pour la première fois une colombe en son milieu ! (NDLR : Un DVD est né de ces techniques « Envol » sur Artmik.com). J’ai réalisé également un DVD de « close up », c’est-à-dire de magie rapprochée avec lévitations et origamis volants »

C’est l’histoire d’un accident... « J’avais déménagé en Corse avec ma femme et mon premier enfant pour monter une grosse structure avec quatre portiques de haut vol et j’étais en train de mettre au point un nouveau spectacle qui mêlait magie et trapèze autour de Jules Léotard, l’inventeur du trapèze volant. Aux 50 ans d’une amie, je suis tombé de sa terrasse, une chute d’à peine... 1m50. C’était le 24 février 2013 et les médecins m’ont diagnostiqué tétraplégique ! Une ironie pour un prestidigitateur et trapéziste volant, non ?

« Qu’est ce que je sais faire ? Qu’est-ce que je peux faire ?... »

C’est l’histoire d’un mec... « En août, ma femme a accouché de notre deuxième enfant. Je n’avais pas d’autre choix que de me battre ! J’ai fait un bilan sur moi-même... Qu’est ce que je sais faire ? Qu’est-ce que je peux faire ?... J’ai les réseaux, l’envie, les moyens... Je fonce ! J’ai réécrit un spectacle de magie et de clown basé sur le handicap. Ce sera une surprise de chaque instant. Avec Guérald, un ami clown, on va se partager les rôles et la scène avec l’objectif de faire rêver, d’amener les spectateurs vers un ailleurs et d’aborder par quelques touches légères les thèmes des handicaps. »

C’est l’histoire d’un avenir... « Ce spectacle sera prêt pour décembre 2014. Nous en sommes au stade de ce que j’ai imaginé et de sa création. Et puis, je vais poursuivre le projet « corse » avec des trapézistes professionnels ! J’ai aussi le désir de lancer quelques défis : faire faire du trapèze volant à un paraplégique... Il faut avancer dans la vie et être heureux ! »