Portrait

Baptiste Gossein

Baptiste Gossein

01/01/2015
C’EST L’HISTOIRE DE BAPTISTE GOSSEIN - Vague à l’âme !
Quand son cousin Patrice l’a initié au windsurf, Baptiste Gossein, alors âgé de dix ans, a basculé dans un autre monde. « J’ai de suite accroché ! Et c’est devenu une passion débordante ! » explique-t-il. Au point qu’il va se « construire » autour de la discipline et en faire sa « vie ». « C’est difficile à comprendre pour le néophyte... Tout est tourné autour de La vague. On scrute l’horizon, on surveille la Météo, on se déplace dès qu’une grosse houle est annoncée, on voyage à travers le monde pour trouver la plus belle ! » Baptiste est devenu un windsurfer professionnel. « Le devenir, c’est fait assez naturellement. Bac en poche, je suis parti pour Hawaii pour une durée de neuf mois... j’adorais tellement le windsurf et voulais en faire mon métier que j’ai passé un temps fou à l’eau, Josh Stone, champion du monde de l’époque et Hawaiian, m’a remarqué et m’a pris sous son aile, je lui dois beaucoup. De là les sponsors sont arrivés et je suis resté près de 10 ans sur l’île... Je vivais mon rêve et je m’étais prouvé qu’avec de la motivation et de l’envie, on arrive à réaliser de belles choses... » Baptiste a fait peu de compétitions. Il s’est orienté vers l’image en chasseur de grosses vagues qu’il était et reste. Il a néanmoins terminé second au « Maroc Windsurf challenge » et gagné les qualifications de « l’Aloha classic » à Hawaii, une des épreuves les plus prestigieuses du circuit.

« J’aime cet endroit bien qu’il m’ait pris mes jambes ! »

Un circuit qui va l’amener à Tahiti où, comme il dit : « les vagues sont incroyables pour surfer, particulièrement le spot de Teahupoo ! » dont il tombe « amoureux ». C’est là que l’accident s’est produit. « En surf, et non en windsurf, je pratiquais beaucoup le surf ainsi que le surf tracte » Bastien ne s’étend pas sur les circonstances qui l’ont rendu paraplégique « J’aime cet endroit bien qu’il m’ait pris mes jambes ! » Sa famille, ses proches, bien sûr, mais aussi et surtout le monde du windsurf et du surf vont alors l’entourer et le soutenir. « Ils ont été tout simplement géniaux à la suite de mon accident ! C’est là que l’on peut s’apercevoir que l’on forme une vraie famille, et je suis fier d’en faire partie. Même mon sponsor Oxbow a répondu présent et m’a dit de ne pas me poser de questions et de faire ce que j’avais à faire, qu’il continuerait de me soutenir, je leur dois beaucoup et leur en suis très reconnaissant. » confie-t-il ému.

Après l’accident et la rééducation, Baptiste a ouvert « Anakena » un « surf camp » qui accueille les plus grands surfeurs internationaux comme la Légende de la discipline Kelly Slater, douze fois champion du Monde. « Il y a dix épreuves dans le World Tour dont un « Stop » à Tahiti, le plus beau à mes yeux ! » Baptiste est resté au cœur de l’action. « On les loge mais surtout on les emmène en bateau sur le « spot » et quand les vagues sont trop grosses pour remonter à la rame, je les tracte en jet-ski. Nul ne fait attention à mon handicap ! On pense le milieu dans le « paraître » mais c’est erroné, face à la vague, sur le spot, ce n’est pas le « paraître » qui compte ! ».

Aujourd’hui, Baptiste Gossein est un homme heureux. « Je prends énormément de plaisir à tracter Raimana à Teahupoo. Quand c’est trop gros pour prendre les vagues à la rame, j’adore ça ! Même si j’aimerais bien être sur la planche, je n’ai pas le droit de me plaindre, j’ai la chance de pouvoir faire beaucoup de choses et vivre de ce que j’aime ! »